Retrait de Benjamin Griveaux : que risquent les personnes qui ont diffusé les vidéos intimes attribuées au candidat ?

Depuis octobre 2016, la diffusion d’images à caractère sexuel d’autrui prises dans un lieu public ou privé est passible de deux ans de prison.

CatégoriesNon classé